September 27, 2022

Westside People

Complete News World

Drought revives submerged monuments in Spain

(Vilanova de Sau) Église du XIe siècle, complexe mégalithique : la baisse importante du niveau des réservoirs d’eau en Espagne a fait réapparaître des monuments habituellement recouverts par les eaux, attirant des touristes voulant profiter d’une « occasion unique ».

Publié à 8h52

Faute de précipitations, les réservoirs d’eau, construits pour sécuriser l’approvisionnement des villes et des parcelles agricoles dans un pays très sec, se trouvaient fin août à environ 36 % de leur capacité, selon des données officielles.  

Un niveau si bas que l’église de Sant Romà de Sau en Catalogne, un village englouti par la construction d’un réservoir dans les années 1960, a ressurgi quasi entièrement alors qu’on ne voit d’habitude que l’extrémité de son clocher sortir de l’eau.

Attirés par la publication de photos sur les réseaux sociaux, des curieux viennent depuis des jours pratiquer le « tourisme de sécheresse » et voir de près cette église du XIe siècle, invisible en temps normal.  

« On s’est dit : “allons voir cela de plus près” » car « cela fait longtemps que [le réservoir] 45-year-old Nuria Ferrarones says she was affected by photos she saw “recently on social networks”.

Paddles in hand, two tourists pass quietly in a canoe under an arch of the church. Because these ruins represent danger, fences are erected near the walls.

“Usually, we only see the bell tower,” enthuses Sergey Ryara, who came to see with his own eyes “something that hasn’t happened in years.”

At Valdecanas Reservoir in Extremadura, a megalithic complex – known as the “Spanish Stonehenge” after an English prehistoric site – has resurfaced on an island.

See also  An influencer deemed "too popular" faces up to 6 years in prison

The menhirs that stand there attract tourists, some who want to meditate there, and many are ferried by private companies.

Ruben Argenta, owner of a reservoir-based leisure company, explains that after a “guided tour” of the megalithic complex, “people pass out.”

Manuel Mantilla was one of them. This sexologist, who came with his wife especially from Córdoba, explains that he learned “through the newspapers” that “the complex emerged because of the drought”. “We saw this as a unique opportunity,” he says.